Archives pour la catégorie Discussions

La fête de la Saint-Nicolas


De Christmas In Ritual and Tradition, Christian and Pagan, de Clement A. Miles https://www.gutenberg.org/files/19098/19098-h/19098-h.htm

« Le 6 décembre, nous arrivons à la fête des enfants la plus caractéristique de toute l’année, la Saint-Nicolas. En Angleterre, elle a disparu de l’esprit et, dans le nord plat de l’Allemagne, le protestantisme l’a en grande partie déracinée, car elle avait trop de goût pour le culte des saints, et a transféré ses festivités à la saison plus évangélique de Noël. Dans l’ouest et le sud de l’Allemagne, cependant, ainsi qu’en Autriche, en Suisse et dans les Pays-Bas, c’est encore un jour de joie pour les enfants, bien que dans certaines régions, même là, son éclat tende à pâlir devant la gloire plus grande de l’arbre de Noël.

Il n’est pas facile d’établir les faits historiques concernant saint Nicolas, évêque de Myre en Asie Mineure au quatrième siècle, ni de déterminer pourquoi il est devenu le saint patron des garçons. Les légendes de sa piété infantile et de ses œuvres merveilleuses ultérieures en faveur des jeunes peuvent avoir été créées ou être dues à son lien avec les enfants. En Europe de l’Est et en Italie du Sud, il est avant tout le saint des marins, et chez les Grecs, son culte a peut-être remplacé celui d’Artémis comme divinité de la mer. Cet aspect du personnage n’apparaît cependant pas dans les coutumes festives allemandes qui nous intéressent ici au premier chef.

Nous avons déjà laissé entendre qu’à certains égards, Saint-Nicolas est une copie de Saint-Martin. Sa fête, en effet, est probablement une fête plus tardive du début de l’hiver, datant de l’époque où méthodes agricoles améliorées et d’autres causes ont fait du début décembre, plutôt que de la mi-novembre, le moment du grand abattage annuel et des réjouissances qui l’accompagnent. Comme saint Martin, il apporte des douceurs aux bons enfants et des bâtons aux mauvais.

La veille de la Saint-Nicolas est un moment d’agitation festive en Hollande et en Belgique ; les magasins regorgent d’agréables petits cadeaux : biscuits aux formes variées, pains d’épices dorés, représentant parfois le saint, images en sucre, jouets et autres babioles. Dans de nombreux endroits, le soir venu, les gens se déguisent en Saint-Nicolas, avec mitre et bâton pastoral, s’enquièrent de la conduite des enfants et, si elle a été bonne, prononcent une bénédiction et leur promettent une récompense le lendemain matin. Avant d’aller se coucher, les enfants sortent leurs chaussures, avec du foin, de la paille ou une carotte dedans pour le cheval ou l’âne blanc du saint. Lorsqu’ils se réveillent le matin, s’ils ont été « sages », le fourrage a disparu et des sucreries ou des jouets sont à sa place ; s’ils se sont mal conduits, le fourrage est intact et il n’y a pas d’autre cadeau qu’une baguette.

Dans diverses régions d’Allemagne, de Suisse et d’Autriche, Saint-Nicolas est mimé par un homme déguisé en évêque. Au Tyrol, les enfants prient le saint la veille de sa fête et laissent du foin pour son cheval blanc et un verre de schnaps pour son serviteur. Et il arrive dans toute la splendeur d’une image d’église, une figure révérencieuse aux cheveux gris avec une barbe flottante, une chape brodée d’or, une mitre étincelante et un bâton pastoral. Les enfants qui savent leur catéchisme sont récompensés par des friandises tirées du panier porté par son serviteur ; ceux qui ne savent pas répondre sont réprimandés, et Saint-Nicolas montre du doigt une forme terrible qui se tient derrière lui avec un bâton – le hideux Klaubauf, un monstre hirsute avec des cornes, un visage noir, des yeux ardents, une longue langue rouge et des chaînes qui cliquettent lorsqu’il se déplace.

En Basse-Autriche, le saint est suivi d’un personnage similaire appelé Krampus ou Grampus ; en Styrie, cet horrible assistant est appelé Bartel ; tous sont sans doute apparentés à des monstres tels que le Klapperbock (voir chapitre VII). Leur origine païenne est évidente, bien qu’il soit difficile de retracer leur pedigree exact. Parfois, Saint-Nicolas lui-même apparaît sous une forme non ecclésiastique, comme le Pelzmärte, avec une cloche ou avec un sac de cendres, ce qui lui vaut le nom d’Aschenklas.

Saint Nicolas n’est pas seulement accompagné de figures hideuses. Parfois, comme à Warnsdorf près de Rumburg, il est accompagné du Christ lui-même, de saint Pierre, d’un ange et du célèbre Knecht Ruprecht, que nous retrouverons la veille de Noël. Ils sont représentés par des enfants, et une petite pièce de théâtre est jouée, un personnage arrivant après l’autre et appelant le suivant à la manière de la pièce des mummers anglais. Saint Nicolas, Saint Pierre et Ruprecht accusent les enfants de toutes sortes de méchancetés, le « Heiliger Christ » intercède et finalement jette des noix et reçoit de l’argent des parents. Au Tyrol, il existe des pièces de Saint-Nicolas de nature plus comique, jouées publiquement par de grandes compagnies de joueurs et présentant un certain nombre de personnages humoristiques et beaucoup d’esprit populaire grossier.

Parfois, un croque-mitaine féminin apparaissait : Budelfrau en Basse-Autriche, Berchtel en Souabe, Buzebergt dans les environs d’Augsbourg. Les deux derniers sont manifestement des variantes de Berchte, qui est spécialement lié à l’Épiphanie. Berchtel avait l’habitude de punir les enfants méchants avec une baguette, et de récompenser les bons avec des noix et des pommes ; Buzebergt portait des haillons noirs, avait le visage noirci et les cheveux tombant en bataille, et portait un pot d’amidon qu’elle enduisait d’eau.

Sous le nom de Santa Klaus, Saint-Nicolas est bien sûr connu de tous les enfants anglais, mais plutôt comme une sorte d’incarnation de Noël que comme un saint ayant une fête à part entière. Santa Klaus, probablement, nous est venu des Etats-Unis, où les Hollandais l’ont emmené, et où il jouit toujours d’une immense popularité.

Au Moyen Âge, en Angleterre comme ailleurs, la veille de la Saint-Nicolas était un jour de grande excitation pour les garçons. C’est à cette occasion que les petits choristes et servants des cathédrales et autres églises élisaient généralement leur « Boy Bishop » ou « Nicholas ». Dans certains endroits, il devait officier aux premières vêpres et aux services de la fête elle-même. En règle générale, cependant, la fête des Saints Innocents, le 28 décembre, était probablement le jour le plus important dans la carrière du jeune évêque, et nous pouvons donc remettre à plus tard l’examen de son cas. Nous nous contenterons ici de noter son lien avec la fête du saint patron des garçons, lien qui implique peut-être une origine commune pour lui et pour les Saint-Nicolas qui, vêtus d’habits d’évêques, font leur tournée de distribution de cadeaux.

La fête de Saint-Nicolas est naturellement célébrée avec le plus grand éclat à l’endroit où repose son corps, le port maritime de Bari, dans le sud-est de l’Italie. Les saints ossements sont conservés dans un sépulcre sous une crypte de riche architecture sarrasine, au-dessus de laquelle s’élève une magnifique église. La légende raconte qu’au XIe siècle, ils auraient été volés par certains marchands de Bari dans la cathédrale du saint à Myre, en Asie Mineure. La tombe de Saint-Nicolas est un centre de pèlerinage célèbre et, le 6 décembre, des milliers de fidèles, munis de bâtons liés à des olives et à des pins, s’y rendent. Une cérémonie intéressante de la fête est la sortie en mer de l’image du saint par les marins du port. Ils reviennent avec elle à la tombée de la nuit, et une grande procession l’escorte jusqu’à la cathédrale avec des torches, des feux d’artifice et des chants. On voit ici l’autre aspect de Saint-Nicolas, celui de la mer ; ce culte des marins nous éloigne du saint des cadeaux qui fait la joie des petits enfants du Nord. »