Archives pour la catégorie Expériences

Le musée de la Bibliotheque Nationale de France

Ce week-end du 17 et 18 septembre 2022, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, le site Richelieu de la BNF rouvre enfin ses portes. Pour fêter cette ouverture exceptionnelle, la metteuse en scène Anne-Laure Liégeois a prévu une série d’évènements festifs.

Au programme de ce week-end inaugural, un parcours de visite en compagnie d’artistes et de comédiens pour re(décourvrir) tous les lieux emblématiques du site Richelieu. Le temps de fête se prolongera ensuite dans la soirée avec des performances et des lectures d’extraits de textes d’écrivains. Le soir, un dancing littéraire sera donné dans la cour d’honneur.

Cela faisait 12 ans que ce site, historique et sublime, était en travaux de rénovation et de modernisation. Avec cette rouverture, c’est une nouvelle page qui se tourne pour le site Richelieu de la BNF. En effet, la bibliothèque de Recherche a été renouvelée, un nouveau musée a été ajouté, la salle Ovale offre désormais une bibliothèque gratuite en accès livre et un nouveau café ainsi qu’une nouvelle librairie viennent enrichir le plus beau site de la BNF.

Le nouveau musée de la BnF embrasse toute l’étendue des fonds de la Bibliothèque, de l’Antiquité à nos jours, et dévoile près de 900 œuvres exceptionnelles.

Des pièces rares y sont exposées comme le Grand Camée de France ou le trône de Dagobert. Vous pouvez y découvrir des manuscrits enluminés tels que le Sacramentaire de Drogon, ou des œuvres représentatives de moments fondateurs comme les Pensées de Pascal ou Les Misérables de Victor Hugo, Le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir. Ces pièces extraordinaires côtoient des estampes de Rembrandt à Picasso, des dessins de Sonia Delaunay, des photographies de Nadar à Capa, des objets et des costumes.

Le parcours du musée de la BnF

Le musée de la BnF occupe certains des plus beaux espaces du site Richelieu, comme la galerie Mazarin, la salle des Colonnes ou la salle de Luynes. Le parcours, à la fois chronologique, de l’Antiquité à nos jours, et thématique, se déploie sur 1 200 m².

La salle des Colonnes – salle Fondation Leon Levy

Salle des Colonnes © Guillaume Murat / BnF

Le parcours chronologique commence dans la salle des Colonnes. Y sont exposées les riches collections d’antiquités rassemblées dans le cabinet du Roi, puis acquises pour l’enrichissement de la collection devenue nationale à la Révolution ou données à la Bibliothèque par des collectionneurs éclairés. Dès les origines, les collections de la BnF sont constituées dans le but de comprendre l’histoire et les civilisations de l’Antiquité, celles des mondes grec et romain mais aussi d’autres cultures.

Le déchiffrement du phénicien et du palmyrénien, les premières découvertes de l’archéologie scientifique française ont lieu dans ces murs.

C’est cet esprit qui a guidé la présentation des collections dans cette salle. Les dieux et héros du panthéon gréco-romain à travers des vases, statuettes et monnaies, les pratiques magiques avec les bijoux et les amulettes, les objets de la vie quotidienne, les soins du corps, les activités publiques comme les concours sportifs ou le théâtre sont autant de thèmes abordés dans cet espace.

Le Cabinet précieux – salle Sisley-d’Ornano

Le Cabinet précieux à Richelieu © Élie Ludwig / BnF

Dans cette salle sont présentées des collections principalement métalliques : médailles, bijoux, pierres gravées, vaisselle d’apparat en métaux précieux.

Ces collections trouvent leur origine dans la cassette royale du Moyen Âge, à la fois réserve de richesse et collection du roi.

Dans la vitrine centrale se trouve l’un des fleurons des collections, le trésor d’argenterie de Berthouville, l’un des rares exemples parvenus jusqu’à nous de trésor de temple antique.

Les autres vitrines présentent de grands plats en argent ou en or qui montrent l’opulence et le raffinement des cours de la fin de l’Antiquité et de l’époque sassanide, ainsi que des bijoux celtes, grecs et romains, des chefs-d’œuvre de l’art de la médaille depuis la Renaissance, ou encore d’exceptionnelles pierres gravées en camée et en intaille.

La salle de Luynes

Salle de Luynes © Guillaume Murat / BnF

Honoré d’Albert, duc de Luynes (1802-1867), qui donna au cabinet des Médailles ce qui était alors l’une des plus grandes collections d’antiquités de France – 1 000 objets, dont 86 vases figurés, 7 000 monnaies –, était à la fois un grand aristocrate, un riche mécène et un savant érudit passionné par l’archéologie et la numismatique antiques, particulièrement lié aux milieux scientifiques de son époque.

La collection est répartie dans les vitrines selon plusieurs thématiques : la guerre dans l’Antiquité, l’univers de Dionysos / Bacchus, dieu du vin et de l’ivresse, les bijoux et monnaies antiques.

Quelques œuvres, la plupart uniques, ont été spécialement sélectionnées par le duc pour leur qualité artistique : le cratère de Métaponte, la tête en bronze hellénistique du Samnium au réalisme saisissant, le bracelet d’or gaulois d’Aurillac, l’olifant sculpté de la chartreuse de Portes et l’épée de Boabdil, dernier émir de Grenade au XVe siècle.

La salle Barthélemy

Salle Bathélémy © Élie Ludwig / BnF

Ancienne salle de lecture du département des Monnaies, médailles et antiques, la salle Barthélemy tient son nom de l’abbé Barthélemy (1753-1795), garde du cabinet du roi.

Elle présente un aperçu de la constitution et des collections de monnaies et médailles du cabinet des Médailles à travers des pièces emblématiques rassemblées par les personnalités qui ont marqué son histoire – souverains, conservateurs et collectionneurs. On peut citer ainsi les médailles en or de l’histoire métallique du règne de Louis XIV commandées par le Roi-Soleil lui-même, l’Eucratideion, plus grande monnaie d’or du monde antique, un exemplaire du premier écu d’or de Saint Louis, etc. Tous témoignent de l’activité de collecte et de l’excellence des recherches menées au sein du cabinet, qui en font une référence mondiale en matière de numismatique. Artistes et écrivains, venus chercher des sources d’inspiration dans ces collections, comme Eugène Delacroix ou André Breton, sont également évoqués.

Le salon Louis XV

Le salon Louis XV après rénovation © Jean-Christophe Ballot / BnF / Oppic

Aménagé au milieu du XVIIIe siècle pour accueillir la collection royale de monnaies et de pierres gravées, le salon Louis XV est, dès sa création, ouvert aux visiteurs érudits ainsi qu’aux curieux. Il peut ainsi être tenu pour le plus ancien musée parisien. Son décor et son mobilier XVIIIe constituent un ensemble unique au monde et font de cet espace une exceptionnelle period room du siècle des Lumières.

La Rotonde

Rotonde des arts du spectacle © Élie Ludwig / BnF

La Rotonde, conçue par Henri Labrouste à la fin du XIXe siècle, est un espace de 100 m² qui offre, grâce à une large porte vitrée, une perspective sur la galerie Auguste Rondel, magnifique magasin également pensé par Labrouste, où est conservé l’essentiel de la collection d’Auguste Rondel, mécène passionné à l’origine des collections du département des Arts du spectacle.

La Rotonde s’inscrit dans le parcours du musée en proposant des présentations plus ciblées qui permettent de dévoiler une partie des fonds de la Bibliothèque.

À l’ouverture du musée en septembre 2022, la Rotonde célèbre le quadricentenaire de la naissance de Molière, en parallèle de l’exposition Molière, le jeu du vrai et du faux,.

La galerie Mazarin

La galerie Mazarin © Guillaume Murat / BnF

La  galerie Mazarin, véritable « galerie des trésors » puisés dans les collections encyclopédiques de la BnF, constitue l’un des temps forts de la visite du musée. Rare exemple de galerie baroque conservée en France, la galerie est construite par François Mansart entre 1644 et 1646, à la demande de Mazarin, qui y installe ses riches collections de peintures et de sculptures. L’extension du nouveau musée dans cette galerie et son vestibule marque ainsi la continuité de cette histoire patrimoniale sur un même site durant plus de 350 ans.

Informations pratiques

Horaires

Le mardi (nocturne) :
10 h – 20 h

Du mercredi au dimanche :
10 h – 18 h

Fermé le lundi et les jours fériés
Le musée est ouvert les 8 mai, jeudi de l’Ascension, 1er et 11 novembre.

Accès

Site Richelieu
5, rue Vivienne
75002 PARIS

Plan et transport

Via https://www.bnf.fr/fr/le-musee-de-la-bnf